Guide complet d’un influencôeur.

Le cerveau humain est magnifique, cela faisait plusieurs semaines voir mois que je cherchais une définition à MON terme l’influenCÔEUR et c’est hier, au détour d’une conversation avec Olivier, le responsable du lieu où je fais du bénévolat en Suisse que les mots sont venus d’eux-mêmes.

La discussion que nous avons eue est de celles qui semblent durer 20 minutes, mais en réalité, nous avons échangé pendant 3 heures et 20 minutes sur divers sujets et notamment sur les influenceurs. 

L3

Voici ma conviction, le blogging est devenu une industrie comme une autre et qui dit industrie, dit économie et qui dit économie, dit corruption et manipulation. 

Avant d’entrer dans le vif du sujet, que ceux et celles qui ne seront pas d’accords,  n’hésitent pas un instant. J’attends de toi qui me lit que tu OSES me le faire savoir. Le but de ce billet est de partager et de pointer le doigt sur quelque chose de bien plus immense que moi.

Si tu suis des blogueurs ou blogueuses, peut-être qu’un jour tu as entendu ou tu as dit ces phrases :

  • les blogueurs ne servent à rien.
  • j’en ai ras-le-bol de toutes ces filles qui font 2, 3 photos instagram et se prennent pour des modèles.
  • ou encore, influenceur par ci, influenceur par là, mais ils n’influencent rien du tout, ils ne font qu’apporter de la visibilité à tout et n’importe quoi.

Très tôt, j’ai été critique avec le milieu du blogging, concrètement, avec mes « collègues ». Il m’est arrivé de voir des influenceurs et influenceuses prétendre qu’un produit était génial, fantastique, awesome, great, waouh, bluffant  etc… Et quand je prenais le temps de m’y intéresser de plus près, pour moi, il n’y avait absolument rien, mais alors RIEN d’extraordinaire. Au contraire, pour moi, c’était de la daube ni plus ni moins. 

Mais je pouvais lire leurs articles ou voir leurs posts instagrams, où ils et elles vantaient les mérites du produit en question et de la marque… J’étais vraiment dubitatif.

Attention, chacun ses goûts, je le conçois bien.

Avant de me faire une idée définitive, j’ai pris le temps d’observer. Ce qui m’a permis de tirer des conclusions qui m’ont aidé à décider de mon positionnement.

L1

Mes conclusions:

1) Après avoir été dans différents showrooms, invité par diverses agences de RP à Paris, je me suis rendu compte que ce qui intéressait mes interlocuteurs, c’était uniquement la « petite » visibilité que je pouvais apporter au lancement de leur nouveau produit.

Ce qui est normal, ceux que j’ai rencontré, c’est par rapport à mon activité de blogueur, mais je venais avec des idées ou des réflexions. Si je me rendais à ces rendez-vous, c’était pour avoir de vrais échanges et de trouver des façons intelligentes de collaborer avec ces marques ou ces agences. 

La seule chose qu’elles avaient en tête, c’était de me fourguer leurs produits afin que je leur crée du contenu. Bien souvent, je m’en allais comme j’étais venu, les mains vides. Je déclinais gentiment, hors de questions de n’être qu’une vitrine supplémentaire.

D’ailleurs, je me souviens d’une fois, c’était avec le chargé de communication et marketing d’une boutique en Suisse. Je lui avais dit explicitement: quand j’ai besoin de vêtements, je vais dans une de vos boutiques et j’achète. Je ne cours pas après les dotations de produits.

Ce qui était vrai, car j’étais client chez eux, j’avais une carte client et il le savait très bien.

2) Suite à ces rendez-vous, j’en ai conclu que nombreux sont les influenceurs qui vivent ces moments et qui décident tout de même de jouer le jeu. Parce que j’imagine que mieux vaut avoir des produits à l’oeil et faire partie de leurs bases de données. Plutôt que de dire non! Et de se retrouver quelque peu exclu du circuit. En regardant leurs comptes instagram, je peux dire qui fait tout pour être invité à la fashion week, qui rêve d’être assit en front row, de participer à des évènements presse de contribuer à des opérations à tout prix. Juste, pour avoir la sensation de faire parti du gratin du blogging…

3) Pour moi, il est devenu évident que très peu sont INFLUENCEURS. Selon moi, ils et elles ne font que SUIVRE, RELAYER et se PLIER aux règles.

Être un leader d’opinion, pour moi, c’est avoir SON opinion claire et précise sur les choses, la vie etc… et de le partager. Ce n’est en aucun cas de répéter tel un perroquet, ce qu’on te demande de dire ou de pousser les gens à consommer tout et n’importe quoi.

Je ne me reconnais pas dans le terme influenceur, mais comme l’être humain aime donner des titres ou des étiquettes aux gens. J’ai décidé de détourner le mot initiale et de me définir comme étant l’influenCÔEUR (please, si tu te reconnais, tu peux l’utiliser. Mais sois sympa et donne moi mes copyrights. Merci bien).

L2.jpg

Le guide d’un influenCÔEUR:

Avant toutes choses, ce n’est pas être meilleur que quiconque!

Être un influenCÔEUR, c’est juste avoir conscience de son impact aussi modeste soit-elle, elle compte et tu dois décider de la façon de t’en servir. C’est faire un choix fort qui correspond à l’être humain que tu as choisi d’être et aux valeurs qui te sont importantes.

C’est se poser les bonnes questions afin d’être le plus pertinent possible car c’est comme ça que l’on s’améliore et améliore ce qui nous entoure.

Par exemple : avant de faire une campagne avec une agence de voyages qui veut m’offrir un séjour à Bali, dans un hôtel 5 étoiles, je vais me demander combien des mes abonnés peuvent réellement se l’offrir et combien de temps il va leurs falloir mettre de côté pour s’organiser un tel voyage.

Pour des milliards de personnes, c’est pas la vraie vie d’aller à Bali cette semaine, ensuite Ko Samui puis Dubai la semaine d’après. À moins de s’endetter.

C’est être conscient que tu ne vas pas changer le monde, mais au moins tu vas faire réfléchir ceux qui y vivent et peut-être les influencer.

La cohérence est importante chez un influencôeur. Tu ne vas pas travailler avec un label qui respecte les humains et par après aller collaborer avec un autre qui s’enrichit en exploitant l’être humain.

J’aime être élégant, j’adore les sneakers, mais ce n’est pas pour autant que je vais cautionner tout et n’importe quoi. Vanter les mérites d’une marque ou d’un produit qui n’a aucune affinité avec mes valeurs et mes goûts.

Si, à mes débuts, j’ai un peu contribuer à nourrir la bête, à l’engrosser, j’ai su me poser les bonnes questions et faire mon choix. Car tu le sens quand ce que tu fais ne te correspond pas.

Depuis que je me suis repositionné, de nombreuses marques et agences ne me contactent plus. J’imagine qu’elles m’ont sorti de leurs bases de données et je comprends parfaitement. Je ne tiens pas et plus le discours qui les arrange. Donc je ne fit plus. De même que j’ai aussi perdu beaucoup de lecteurs et d’abonnés qui ne trouvaient plus leur compte dans ce que je faisais.

Ce point mérite aussi un point d’interrogation, à croire que les gens préfèrent le superficiel.

Dans tous les cas, tout ça, je l’avais pesé et accepté bien en amont.

Si toi qui me lis, tu es un blogueur qui débute ou depuis un moment dans le milieu, que tu te poses les bonnes questions, mais tu n’oses pas te décider, sache que c’est possible d’exister dans ce milieu malgré le fait de ne pas faire partie du circuit. Sache que tu sauras trouver une façon de partager avec les personnes qui te suivent et les inspirer.

Aujourd’hui, je reçois des messages et commentaires qui me rappellent que j’ai bien fait. Être en phase avec soi-même est une fabuleuse sensation.

Ton avis compte :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s